L’industrie 4.0 :
un enjeu pour les dirigeants

Même si les dirigeants d’entreprise ont conscience qu’ils doivent prendre le virage de l’industrie 4.0 au risque de se faire mettre hors jeu par la concurrence, il n’en reste pas moins qu’ils peinent à concrétiser leurs actions.

Faute de moyens, les dirigeants reportent trop souvent leur virage numérique et industrie 4.0 à plus tard parce qu’ils sont dans le feu de l’action de leur travail au quotidien et qu’ils privilégient, en premier lieu, la satisfaction de leurs clients.

Ce qui peut se comprendre aisément.

Et pourtant si l’on parle d’ « industrie du futur », l’urgence des décisions à prendre est bien à considérer au présent.

La question de l’innovation numérique devient de plus en plus stratégique car derrière l’industrie 4.0 se cache un nombre conséquent d’opportunités pour toute entreprise qui sait prendre l’ascenseur technologique de manière pertinente.

L’industrie 4.0 doit trouver son point de départ au sein de la gouvernance et dans la vision stratégique des dirigeants.

Le dirigeant se doit d’être dans un sentiment d’urgence face à ces questions.

Si les entreprises négligent parfois de prendre le virage numérique alors qu’elles auraient tout intérêt à le faire, ou encore adoptent un plan numérique mal établi vis à vis de leurs objectifs stratégiques, c’est aussi parce que les dirigeants manquent parfois d’appétence pour les nouvelles technologies ou qu’ils les connaissent mal. Le manque d’intérêt les amène parfois à laisser à d’autres, notamment aux responsables des TIC, le devoir de s’en occuper.

Et pourtant en matière de stratégie 4.0, en matière de défi économique, l’un des premiers vecteurs, ce sont les dirigeants d’entreprise. Ce sont eux les acteurs de la transformation; car en leur absence, il n’y aura que des projets « isolés », des plans stratégiques qui ne verront jamais le jour, des projets qui échoueront car ils ne seront pas soutenus financièrement, des projets qui ne trouveront pas des compétences à l’interne par manque de formation.

En matière de transition 4.0, la priorité doit être donnée aux dirigeants et non à la technologie car il n’y a que lui qui peut incarner cette volonté d’évolution et faire en sorte que les projets soient un succès.

Le dirigeant doit devenir un « digital leader »

Le dirigeant doit encourager au sein de son entreprise une culture de l’innovation, du partage de l’information, de transparence et laisser disparaître les schémas archaïques basés sur la hiérarchie et qui seront propres à créer des obstacles dans cette conduite du changement.

Les dirigeants doivent en tout premier lieu prendre garde à fédérer tous les collaborateurs de l’entreprise autour de la réalisation de ce changement.

En effet, le succès d’une démarche 4.0 va de paire avec le désir d’apprendre en continu, les facilités relationnelles et l’adaptabilité de la part de ses principaux acteurs.
Le dirigeant se doit d’incarner ces qualités, de faire preuve d’un esprit visionnaire en matière d’évolution numérique. Cela suppose d’accepter de lâcher prise et de ne pas avoir toutes les réponses ; elles seront à aller chercher partout : auprès des équipes, de la concurrence, de la veille stratégique, de consultants spécialisés. 

Le défi des dirigeants sera de trouver un langage commun propre à faire comprendre à tous les acteurs le plan de route 4.0 pour l’entreprise.

Une gouvernance numérique à mettre en place

Au travers de sa gouvernance, la direction de l’entreprise doit impérativement se familiariser avec le thème du numérique et définir sa propre vision et son plan de route 4.0. Plus encore, elle devra également savoir prendre des risques et investir dans des projets dont le rendement au capital demeure difficile à évaluer.

En effet, la rentabilité découlant de l’intégration et de l’optimisation des processus ou encore de la centralisation des données est plus ardue à prouver que l’apport d’une nouvelle machine au niveau des lignes de production.

Sur un plan stratégique, un audit de la maturité numérique de l’entreprise avant un projet majeur est donc une nécessité afin d’apporter des réponses cruciales à la bonne suite du projet :

✔ Quels sont vos besoins de capacités pour les 3 à 5 prochaines années, et quels sont vos besoins technologiques (système, machine, infrastructures, compétence, etc.) pour supporter ces capacités ?

✔ Vous souhaitez doubler votre chiffre d’affaires en 5 ans sans augmenter votre personnel, déjà difficile à trouver? De meilleurs processus et des données fiables seront essentiels.

✔ Définir vos orientations et prioriser vos projets.

✔ Quels goulots freinent davantage vos processus, votre activité ?

✔ Quel est le projet qui vous donnera plus de gains en moins d’effort, ou encore, quel projet a le plus de chance de succès pour éviter de démoraliser l’équipe, etc.

C’est ici tout l’intérêt du diagnostic stratégique que vous propose PERF’ACTOR.

Les défis qui se posent aujourd’hui aux dirigeants sont donc multiples.

C’est pourquoi, la transformation numérique d’une entreprise ne peut se faire sans une évolution dans la façon de diriger son entreprise et ses hommes.

Ces projets 4.0 sont des projets d’entreprise, ils doivent être le fruit d’ une vision stratégique et soutenus par une équipe. Plus encore, ces projets doivent avoir un ambassadeur et le meilleur ambassadeur… c’est le dirigeant.

M